Pourquoi Strasbourg n’est pas aussi « gay-friendly » qu’on pourrait le croire

Pourquoi Strasbourg n’est pas aussi « gay-friendly » qu’on pourrait le croire

Se choper a Strasbourg (2/8)- Strasbourg a vecu sa 15e “marche des visibilites” en juin 2018, mais elle manque encore de lieux de rencontres et de socialisation pour la communaute LGBT. Mes gays et les lesbiennes strasbourgeois ont legerement de mal a se tomber sur, ainsi, Di?s Que c’est le cas, ils et elles doivent vivre leurs relations a l’epreuve de l’homophobie ordinaire, qui n’epargne pas la capitale alsacienne.

Strasbourg a excellent s’etre auto-proclamee capitale de l’amour, tout le monde n’y voit souvent pas le compte. Pour ceux et celles qui se reconnaissent dans la communaute LGBT (Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Trans), c’est souvent plus facile de se sentir a l’aise dans des lieux “communautaires” ou des endroits dits “safe”, c’est-a-dire ou l’on se sent en securite.

Plusieurs endroits qui manquent a Strasbourg, qui figure pourtant parmi les dix plus belles villes de France, mais qui ne propose limite que des lieux d’habitues, principalement destines aux hommes gays. Certaines se rappellent du bar So Divine, pres des Halles, un des rares lieux pour jeunes femmes lesbiennes et bisexuelles, qui possi?de ferme en 2014. L’arrivee du Spyl, un “bar-club” de l’Esplanade, en decembre 2015, a un brin change la donne, avec un vrai lieu identifiable et ouvert a toutes et a tous, une ambiance boite de nuit, et des soirees “girl power” et “drag”.

Mal de lieux festifs, surtout pour ces dames

Sophie a 25 annees, elle reste lesbienne et estime par exemple que l’offre des lieux festifs est “plutot limitee”, si l’on n’est jamais un homme cisgenre (dont le genre correspond a celui assigne depuis Notre naissance, a la difference des personnes trans) :

“Il existe des lieux surtout pour nos hommes gays, le Spyl, le Z Bar (rue une Course), mais aussi L’Oxydo Sauna (place Clement), en revanche, il n’y a pas vraiment de lieux de rencontres Afin de nos personnes transgenres, lesbiennes ou queer. Apres, en allant au Spyl, disons qu’il y a un tantinet environ chance de rencontrer des meufs qui aiment les meufs… Il faut ouvrir bien le regard Afin de nos voir parmi la foule de gays !”

Cette disparite hommes-femmes dans la communaute LGBT n’est jamais nouvelle, d’apres Sophie :

“Comme dans beaucoup d’autres villes, aussi a Paris, c’est i  chaque fois le aussi probleme, il y existe 1 lieu, voire deux, maximum, Afin de rencontrer des lesbiennes. A croire que les lesbiennes ne sortent pas…”

A Strasbourg, la marche des visibilites est un des rares moments festifs et public pur la communaute LGBT (Photo DL/Rue 89 Strasbourg/cc)

A Strasbourg, la marche des visibilites est un des rares moments festifs et public pur la communaute LGBT (Photo DL/Rue 89 Strasbourg/cc)

Juline, la vingtaine, auteure du blog “Libere·e” (i  propos des thematiques LGBT), voit que J’ai communaute gay a Strasbourg se compose plutot de multiples groupes d’amis par-ci par-la, qui se forment Afin de “se retrouver” et “etre sur que ce soit safe”. Un petit univers, d’apres elle, ou tout un chacun se connait :

“Des qu’on retrouve une nouvelle personne, c’est forcement l’ex de l’amie de telle connaissance…”

En fait, on doit chercher un tantinet pour voir qu’il y a des lieux connus de la communaute LGBT, qui ne s’affichent souvent pas comme tels, mais dont l’ambiance est ressentie tel accueillante, au restaurant La Ruche aux deux Reines pourquoi pas (rue en Course), qui organise ponctuellement des evenements LGBT, ou au Salon de The Grand’Rue, sirop a l’ambiance cosy qui affiche votre petit drapeau arc-en-ciel concernant sa vitrine.

Le milieu associatif a la rescousse

C’est alors plutot du cote associatif que nos jeunes femmes se tournent pour rencontrer de nouvelles gens et nouer des relations amicales ou amoureuses. Sophie fut benevole pendant trois ans a J’ai Station, le centre LGBT de Strasbourg (rue des ecrivains), et elle raconte que c’est un lieu qui peut jouer un grand role dans la sociabilite queer et lesbienne de la ville, et nourrir un certain militantisme :

“On organise des fi?tes en non-mixite concernant favoriser la prise de parole entre les minorites sexuelles ainsi que genres. Une fois via mois a lieu le “cafe cocoon” qui est un espace de discussion reserve aux gens transgenres, genderfluides, ainsi, non-binaires (qui ne se reconnaissent gui?re dans la binarite homme-femmes, NDLR). Il y aussi les “soirees libre a elleux”, reservees aux meufs, trans, genderfluides ou non-binaires, pour discuter librement de themes sans devoir justifier, ou minimiser des vecus concernant les violences sexistes et les LGBTphobies. On se donne en force et des outils mutuellement Afin de lutter contre les oppressions du systeme patriarcal dans un esprit convivial et festif.”

Elle signale aussi que le Centre LGBT organise regulierement des evenements plus ouverts et grands publics :

“A noter qu’il y a plusieurs fois des evenements ponctuels pour rassembler la communaute queer plus largement, comme le festival feministe et queer « Subversion : nom feminin » (au mois de mars) ou, Afin de les lesbiennes, les bals lesbiens organises via l’association la Nouvelle Lune (une association feministe et lesbienne, NDLR) (le dernier en date etait au mois de mai), ou encore la marche des visibilites qui possi?de lieu une fois dans l’annee, debut http://www.besthookupwebsites.org/fr/sites-de-rencontre-sur-les-reseaux-sociaux juin.”

J’ai Station, Centre LGBTI de Strasbourg, organise regulierement des activites, en particulier des soirees non-mixtes (Photo DL/ Rue 89 Strasbourg/ cc)

Tags: No tags

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *